William Balikwisha est un jeune milieu offensif Belgo-congolais de 23 ans qui évolue au Standard de Liège. Il est le grand frère de Michel-Ange Balikwisha sociétaire de Royal Antwerp. Tous deux formés au Standard de Liège.

Au paravent sélectionné avec le U17 belge en 2016, William Balikwisha avait joué que 17 minutes avec la Belgique contre la République Tchèque (1-1). Après le jeune milieu offensif de 23 ans avaient été oubliées par la Fédération belge qui ne l’avait plus repris avec les sélections des jeunes.

En 2019, il tape dans l’œil du technicien congolais Chtistian Nsengi Biembe avec qu’ils ont fait des merveilles et fait trembler le mythique stade des martyrs face au Maroc, et arracher une qualification à la CAN U23, après viendra la triste disqualification des U23 pour l’affaire Arsene Zola. Mais William Balikwisha avait laissé sa marque au stade des martyrs jusqu’au point d’être surnommé “Neymar” par les supporters, qui voyaient en lui, un grand avenir pour la sélection nationale congolaise.

Éloigné de terrain pendant plusieurs mois pour raison de blessure, William Balikwisha, qui a repris le service depuis un temps avec le Standard de Liège, fait bouger la Jupiler League cette saison avec des bonnes performances. Il compte 27 matchs, 5 buts et 4 passes décisives toute compétition confondue cette saison avec le Standard de Liège.

Profil recherché par les léopards de la RDC, William Balikwisha est un animateur de jeu de grande qualité. Le nouveau sélectionneur national Sébastien Desarbre n’a pas hésité de renouer des contacts avec ce prodige, jusqu’au point de le présélectionner pour le compte de la 3e et 4e journée des éliminatoires de la CAN 2023.

Le technicien français Sébastien Desarbre compte reconstruire la sélection congolaise de football, et William Balikwisha fait partie des profils qu’il en a besoin pour entamer sa reconstruction. Et les Congolais heureux de l’annonce de la présélection de Balikwisha, sont impatients de sa confirmation pour la liste finale attendue dans les prochaines semaines.

Dossier à suivre…